1. Ce que la Sainte Cène annonce

La Sainte Cène, comme Jésus l’a institué, nous rappelle comme pèlerins dans ce monde, le jour où nous avons commencé notre séjour avec Dieu, et le destin auquel nous nous dirigeons. Jésus a dit : « Fais cela en souvenir de moi » (1 Corinthiens 11:14). C’est à ce moment même que nous nous rappelons que Jésus est celui qui nous sauve. C’est en ce moment où nous devons nous rappeler ce que Jésus a fait pour chacun de nous, juste pour vous et seulement pour vous. C’est le moment de regarder en arrière et d’être reconnaissants envers le Seigneur. C’est le moment de passer en revue notre vie, et de trouver une nouvelle occasion de repentir, une nouvelle chance de redémarrer notre vie.

Concernant notre destinée, ce moment devrait adresser notre vue à l’avenir. Jésus a dit dans Marc 14:25 « Je vous le dis en vérité, je ne boirai plus jamais du fruit de la vigne, jusqu’au jour où je le boirai nouveau dans le royaume de Dieu » (SG21). Le return de Jésus, la rencontre avec notre Sauveur et Créateur c’est l’autre point de repère où ce service de communion nous pousse. Cela nous montre le compromis de Dieu de son retour pour nous amener avec Lui. Ce service est le souvenir de la promesse de la restauration définitive et définitive du royaume de Dieu pour notre joie, dans un monde nouveau refondé, comme le vin que nous avons pour cette occasion, frais, non fermenté, sans péché, sans levure.

2. Indigne

Il y a un texte qui inquiète les unes, et attriste les autres. Satan connaît très bien la Bible et il l’utilise mal pour son profit et sa commodité. Ce texte est 1 Corinthiens 11:27 où Paul dit : « C’est pourquoi, celui qui mange ce pain ou boit la coupe du Seigneur indignement sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur » (SG21). Il n’est pas étonnant que nous nous demandions souvent si nous méritons ou non de participer au service de communion. Mais nous devons comprendre ce que Paul voulait dire, dans le contexte. D’abord, le seul Juste est Dieu, selon l’Apocalypse 15:4 « Qui pourrait ne pas [te] craindre[a], Seigneur, et rendre gloire à ton nom ? Oui, toi seul, tu es saint » (SG21). Si seulement Dieu est saint, cela signifie que nous ne sommes pas du tout. Si nous avons bien compris la signification de Pâques, et le service de Sainte Cène qui l’a remplacé, nous comprendrons aussi que les pécheurs sont ceux qui ont besoin de participer le plus, pour réclamer le nettoyage du péché par le sang de l’Agneau de Dieu.

Alors, qu’est-ce que Paul veut vraiment dire ? De quoi parle- t-il ? Il suffit de prêter attention au précédent et aux paragraphes suivants. Dans le chapitre 5 de 1 Corinthiens, Paul parle de la levure  et de Pâques (Peshaj), et il clarifie que Jésus est l’accomplissement de la Pâque juive. Cependant, Paul traite ici d’un cas d’immoralité, un péché très sérieux et public dans la communauté de Corinthe. Paul se réfère également aux disputes entre les membres d’église, selon 1 Corinthiens 1:11 and 3:3 en disant qu’il y a « querelles parmi vous ». Paul souligne le triste fait d’avoir une chance pour le rétablissement de la paix, et il y a ceux qui ne profitent pas de l’occasion pour pardonner, réparer et concilier. Ceux qui agissent comme ça, n’ont pas encore compris ce qu’est la vraie signification du service de Sainte Cène, leur participation est donc douteuse.

Mais dans un contexte plus immédiat, dans 1 Corinthiens 11:17-22 Paul se réfère à ceux qui participent au service de la Sainte Cène comme s’il s’agissait d’une fête commune, une rencontre sociale dont le but est juste de manger et de boire sans mesure, et boire au point de s’enivrer. Vous pouvez vous saouler avec du jus de raisin s’il est trop sucré et mal conservé et vous buvez trop donc ça vous rend malade pour l’excès et pourrait fermenter dans l’estomac, car la digestion prend plus de temps que d’habitude.

Ce qui se passe dans ce type de « dîners » est honteux au point que Paul dit dans 1 Corinthiens 11:17 « En faisant la remarque suivante, je ne peux pas vous féliciter, car vous vous rassemblez non pour devenir meilleurs, mais pour devenir pires » (SG21). Dans le verset suivant (v. 18) il revient aux divisions au sein de l’église, et dans les versets 20 à 22 il affirme : « Ainsi donc, lorsque vous vous réunissez, ce n’est pas pour prendre part au repas du Seigneur, car, dès que vous vous mettez à table, chacun s’empresse de prendre son propre repas, de sorte que l’un a faim, tandis que l’autre est ivre. N’avez-vous pas des maisons pour manger et boire ? Ou bien méprisez-vous l’Eglise de Dieu et voulez-vous faire honte à ceux qui n’ont rien ? Que vous dire ? Faut-il vous féliciter ? Sur ce point, je ne vous félicite pas. » (SG21). Ils avaient perdu toute la signification spirituelle de cette cérémonie, et cela est juste devenu un banquet commun.

Si vous êtes venu ici aujourd’hui pour participer à ce service comme « seulement » une autre cérémonie religieuse, alors je vous dirais que vous êtes indigne, comme l’a dit Paul. Mais si vous venez en pensant que vous êtes indigne parce que vous vous sentez coupable, alors je vous le dis : Ce service de communion a été préparé spécialement pour vous. C’est la vraie raison de ce service, pour nous rappeler que Jésus est mort pour vous, pour nous, pour vous pardonner, pour nous pardonner, et pour nous consoler avec la promesse de son retour sur cette terre. Le sentiment de culpabilité ne vous rend pas indigne de ces emblèmes, par contre, cela nous montre que nous avons besoin de ces symboles plus que quelqu’un des autres.

Si vous dites que vous n’avez pas profité de la semaine pour faire l’auto-examen de votre conscience afin de venir aujourd’hui avec « pain sans levain » symboliquement parlant, c’est le moment de confesser vos péchés directement au Seigneur. C’est le moment de chercher la paix avec votre frère, soeur, père, mère, fils, fille, voisin, ami, ou quiconque, et de rétablir la relation. Dans Mathieu 5:23-24 nous trouvons une situation similaire :

« Si donc tu présentes ton offrande vers l’autel et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande devant l’autel et va d’abord te réconcilier avec ton frère, puis viens présenter ton offrande » (SG21). Jésus n’a pas dit que vous ne devriez pas participer, mais ce qu’il voulait dire, c’est de prendre une chance de profiter de la situation pour restaurer et clarifier les malentendus avec les autres. N’attendez pas l’occasion « prochaine », peut-être il n’y aura pas un autre pour vous ou l’autre personne impliquée.

Illustration

Je me souviens d’une église où j’étais membre, une personne a participé au service de la communion ce jour-là. Il l’a fait dignement, en comprenant le sens de la Sainte Cène. Juste à la sortie, lorsque le service était terminé, il traversa la rue, et une voiture a couru au-dessus de lui prenant sa vie. Je suis sûr que le Seigneur l’a  emmené au repos, propre, sans rien à cacher ni craindre. Voulez-vous attendre un autre moment qui pourrait ne jamais venir ? Prenez l’opportunité aujourd’hui, réconciliez-vous avec votre prochain et avec Dieu.

(Sortie à la cérémonie de lavage des pieds).

Télécharger ce document en PDF.

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s