Lecture de la Bible: Jean 13:14-15.

Jésus était rassemblé avec ses disciples dans la chambre haute de Jérusalem pour célébrer la Pâque. Jésus était disposé à célébrer la fête avec ses disciples en privé. Il savait que son temps était venu, mais il avait encore quelques heures de calme. Jésus a investi toutes ces heures pour enseigner à ses disciples et les aider.

Ils ont célébré la Pâque au cours des deux dernières années. Mais cette fois, quelque chose était différent. Les disciples ont perçu quelque chose attristés Jésus.

Alors qu’ils étaient rassemblés à la table, Jésus a dit : « A Il leur dit : J’ai vivement désiré célébrer cette Pâque avec vous avant de souffrir. En effet, je vous le déclare, je ne la mangerai plus jusqu’au jour où tout ce qu’elle signifie sera accompli dans le royaume de Dieu. Puis il prit une coupe, prononça la prière de reconnaissance et dit : Prenez cette coupe et partagez-la entre vous, car, je vous le déclare : dorénavant, je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu’à ce que le royaume de Dieu vienne » (Luc 22:15-18).

Cette nuit-là, avec ses disciples, Jésus avait beaucoup de choses à leur dire. Mais Jésus vit qu’ils ne pouvaient supporter tout ce qu’il avait à leur dire. « Les disciples eurent une vive discussion : il s’agissait de savoir lequel d’entre eux devait être considéré comme le plus grand » (Luc 22:24). Chacun des disciples voulait occuper la position la plus honorée du royaume. Ils se sont comparés eux-mêmes, et, au lieu de considérer l’autre comme plus digne, chacun pensait être le meilleur. Jean et James ont osé demander à Jésus de s’asseoir chacun à droite et à gauche du trône du Christ. Les autres disciples se sont montrés indignés.

Judas était le plus sévère avec Jean et Jacques. Sommes-nous aussi sévères les uns avec les autres ? Avons-nous trop de « zèle » pour « aider » les autres à devenir de meilleures personnes ou « plus saints »? La préoccupation authentique ne nous conduit pas à être sévère avec les autres, mais à agir avec amour envers eux.

Si nous appliquons rigoureusement le jugement aux autres, n’est-ce pas que nous sommes incertains de notre propre comportement ? Ou que nous essayons de nous justifier avec nos nombreux travaux afin que les autres puissent le voir ? « Que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta main droite » (Matthieu 6:3).

Dans ce contexte d’orgueil, quelqu’un a dû laver les pieds des invités à la fête, c’était l’habitude. Mais chacun des disciples, avec l’orgueil blessé, a décidé de ne pas faire la tâche d’un serviteur.

Jésus leur a enseigné que dire « Je suis disciple » ne me fait pas un seul, ne m’assure pas une place dans le royaume de Dieu. Jésus a attendu un moment pour voir leur réaction. Finalement, c’est lui qui s’a levé et a lavé ses pieds.

L’évangile dit : « Ensuite, il versa de l’eau dans une bassine et commença à laver les pieds de ses disciples, puis à les essuyer avec la serviette qu’il s’était nouée autour de la taille » (Jean 13:5). Les disciples ont senti la honte et l’humiliation. Ils ont compris le reproche, et ils se virent d’un nouveau point de vue différent.

C’est ainsi que Jésus a montré son amour pour ses disciples. L’esprit égoïste qui remplissait leur cœur, remplit Jésus de tristesse. Néanmoins, Jésus n’a pas discuté avec eux de la situation. Au lieu de cela, il leur a donné un exemple qu’ils n’oublieraient jamais.

Judas était assis en premier lieu, à droite de Jésus. Christ lui a servi le premier. Jean a été laissé à la dernière place. Mais Jean ne l’a pas considéré comme un reproche ou un mépris.

Lorsque le tour de Pierre est arrivé, il a hurlé avec étonnement : « Toi, Seigneur, tu veux me laver les pieds ? » (Jean 13:6). La condescendance de Jésus a brisé son cœur. Pierre se sentait plein de honte de penser qu’aucun des disciples faisait son devoir. « Ce que je fais, tu ne le comprends pas pour l’instant, tu le comprendras plus tard » (Jean 13:7) dit Jésus. Pierre ne pouvait pas supporter de voir le Seigneur, à qui il croyait être le Fils de Dieu, faire le rôle de serviteur. Tout son âme se révoltait contre cette humiliation. Il n’avait pas compris que Jésus est venu dans ce monde pour cela. « Mais Pierre lui répliqua : Non ! Tu ne me laveras pas les pieds ! Sûrement pas ! » (Jean 13:8).

Solemnement, Christ a répondu à Pierre : « Si je ne te lave pas, il n’y a plus rien de commun entre toi et moi » (Jean 13:8). Jésus était venu laver le cœur de tout péché. En refusant de permettre au Christ de le laver les pieds, Pierre a rejeté la purification de son cœur. Pierre été en refusant son Seigneur. Refuserez-vous Jésus aujourd’hui ? Allez vous perdre le privilège de participer à cette cérémonie aujourd’hui ? Si vous vous sentez coupable, indigne, c’est le moment de nettoyer votre culpabilité. Il est temps de laisser Jésus purifie votre péché. Il est temps de permettre à votre frère ou à votre soeur d’être purifié par Jésus. Il est temps de permettre à Jésus de purifier votre frère en vous prenant la place du Christ en lavant les pieds d’une autre.

La véritable humilité consiste à recevoir, avec un cœur reconnaissant, toute provision qui nous est faite et servir au Christ avec ferveur. Probablement il est plus facile de faire des faveurs plutôt que de les recevoir. L’orgueil ne nous permet pas de recevoir des faveurs.

Je vous invite maintenant à participer au service de la Communion, en commençant par le lavage des pieds. Je vous invite à être en harmonie les uns avec les autres. Je vous invite à accepter Jésus et à ne pas nous considérer mieux que d’autres. Je vous invite à accepter le pardon et le service mutuels.

Télécharger ce document.

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s