Le bon usage de différents médias (II)

Dans le dernier article, nous avons vu que les communications évoluent constamment. Les communications telles que nous les avons conçues n’ont pas tellement changé mais ont ajouté de nouveaux outils qui doivent être pris en compte. Nous allons travailler avec des collègues qui ne sont pas habitués à communiquer correctement, mais, malgré tout, nous devons maintenir certaines stratégies classiques attachées au site web en même temps que nous devons inclure de nouveaux outils de communication.

Maintenant nous ne pouvons pas concevoir des communications sans inclure les médias sociaux comme un outil intégré.

Dans le dernier article, nous avons discuté à propos de :

  • Evolution des communications.
  • Communications non perturbatrices.

Nous devons encore parler de :

  • Communications transmédia.
  • Communications perturbatrices (et parfois invasives).
  • Communications temporaires.
  • Distribution de contenu spécifique.

Aujourd’hui, nous allons parler aux sujets des communications transmédia et communications perturbatrices (et parfois invasives). Toujours dans une très compréhensible façon non académique.

Communications transmédia

Le chapitre suivant est l’ajout des médias sociaux et de la messagerie instantanée à la structure et à la stratégie de communication. L’ouverture de nouveaux comptes de médias sociaux et la gestion des comptes existants dans cette conférence a été l’étape suivante.

Afin de gérer et d’optimiser l’image de marque de la conférence, la première chose que j’ai faite a été d’unifier le nom d’utilisateur de la fédération dans tous les comptes de médias sociaux. Avant chaque compte existant avait un nom différent et un nom d’utilisateur. Il était très difficile de trouver le profil ou la page à moins d’avoir le nom exact de chaque compte. Maintenant, il a été normalisé en tant que @adventisteffn pour Facebook, Instagram, Twitter, Sanpchatet sera pour toutes les nouvelles plates-formes à ajouter. Malheureusement, pour Google+ et YouTube n’est pas si simple et il faudra un certain temps pour changer les noms d’utilisateur existants.

Dans la stratégie de branding, l’étape suivante consistait à changer le logo et les images de la bannière principale, les unifier en utilisant différents modèles pour adapter la même image avec le nouveau kit Identité Adventiste aux différents écrans, appareils mobiles, tablettes et écrans d’ordinateur. Cela m’a pris plusieurs jours seulement pour trouver les tailles et les modèles optimaux pour construire sur les images et le logo.

Une fois que le travail est effectué, maintenant je dois former et, d’une certaine manière, éduquer tout le personnel de la fédération dans la façon dont nous devrions utiliser les différents médias et essayez de configurer l’utilisation correcte et le contenu correcte dans chaque média.

Tout le contenu n’est pas adapté à chaque compte de médias sociaux. Si nous voulons promouvoir une activité, toutes les informations doivent être publiées sur le site, puisque toujours sera là disponible, au moins le temps nécessaire. Mais, si nous avons une affiche pour promouvoir l’activité, cette même affiche ne devrait PAS être publiée, par exemple, sur Instagram, à moins que ce soit vraiment très visuel. Ce n’est normalement pas le cas, puisque nous avons tendance à inclure autant d’informations que possible dans cette affiche, telles que les dates, adresse, horaires, tous les titres, etc.

Il est préférable de créer une autre image plus simple, plus visuel, plus « esthétique » ou artistique pour Instagram, avec un lien dans un commentaire. Dans un autre moment, nous parlerons un peu d’hashtag.

En définitive, l’ajout de nouveaux canaux de communication ne signifie pas que tout le contenu publiable convient à tous les réseaux.

Communications perturbatrices (et parfois invasives)

Nous savons que les communications disruptives par excellence sont le téléphone. Quand quelqu’un veut vous rejoindre tout de suite, va chercher un portable et composez votre numéro. Peu importe ce que vous fiassiez, vous entendrez un coup de téléphone à vos côtés. Cela va interrompre votre activité, sauf si vous décidez de l’ignorer ou d’activer un mode pour ne pas être dérangé.

Un nouveau moyen de communication disruptive est le flux d’infos de nombreux médias sociaux. Oui, et probablement cela n’a pas été très pris en compte, sauf pour ceux qui travaillent dans les grandes entreprises, dans les sections marketing et publicité.

Normalement, les utilisateurs des médias sociaux choisissent qui ils veulent suivre, donc, d’une certaine manière, vous êtes « autorisé » à apparaître dans leur flux d’infos par « invitation », soit si vous avez un profil ou une page. Nous devons chérir ces disciples comme la famille et éviter de « déborder le flux ».

Une fois, j’étais dans un rencontre sur les communications en Allemagne. J’ai parlé de Facebook avec des Allemands, pour découvrir que la façon dont ils utilisent Facebook était très différent de ce que les gens font en Espagne. Si quelqu’un publie plus d’un ou deux nouveaux “statuts” par jour, cette personne sera, ou bien « unfriended », ou non suivi, ou masqué, si pas bloqué pour éviter de nouvelles demandes d’amitié. Pour arriver à ce point en Espagne, vous devriez publier au moins 10 statuts par heure …

En tant que fédération, maintenant je trouve un abus des médias sociaux, ce qui est compréhensible, car il est tout nouveau pour beaucoup de mes collègues qui ont récemment ouvert un ou plusieurs comptes dans différents médias sociaux.

Le partage impulsif n’est pas le moyen. Beaucoup gardent l’idée que Instagram, Twitter ou Facebook fonctionnent comme une page web ou un e-mail. Si quelqu’un est vraiment intéressé visitera votre mur ou profil, mais nous devons penser que d’autres vont interagir dans le réseau comme nous le faisons personnellement. Nous venons sur Instagram, pas pour voir ce que les autres ont mangé au cours des dernières heures ou où ils ont pris leur dernière photo de pied. Normalement, nous recherchons un contenu intéressant, soit de courtes vidéos ou des images attrayantes ou de courtes citations encadrées dans une image intéressante.

La même chose arrive avec d’autres médias sociaux. Nous venons à Twitter pour apprendre des nouvelles et des messages courts, et, s’il est vraiment intéressant, des messages enchaînés (maintenant moins depuis les 280 caractères). En tout cas, sauf si nous sommes inspirés par un souvenir ou un intérêt particulier, nous ne cherchons pas le mur ou les comptes des gens, nous allons au flux d’infos pour “voir ce qui se passe”.

Nous sommes des « badauds » ou de petits « voyeurs » qui « traquent » la vie de quelqu’un d’autre. Si quelqu’un commence à poster abusivement des choses pour « perturber » votre flux d’infos, ça peut nous donner des avantages au début, mais après un certain temps, cette personne ne vous suivra plus parce que vous devenez un(e) perturbateur dans son flux d’infos et notifications. Donc, c’est un bénéfice à très court terme. Il vaudra mieux payer un peu d’argent et mettre en place une petite campagne de publicité. S’il vous plaît, ne pas poster à la discrétion. J’ai vu des collègues (plus de deux ou trois) poster six, sept ou plus de messages à des heures comme 6 ou 7 heures du matin quand personne n’entre pas dans leurs comptes de médias sociaux. Cela ne sert à rien, puisque tous les publications seront disparues dans quelques heures ou minutes, et s’enfoncent dans le flux d’actualités et seront oubliés.

Si quelqu’un des lecteurs de cet article hésite, s’il vous plait, vérifiez les grands comptes tels que la Société biblique de votre et vérifiez quand et qu’est-ce qu’ils publient dans tous les médias sociaux … vous devriez faire attention au timing.

En fin, nous pouvons devenir perturbateurs avec les médias sociaux, en essayant de « réécrire » le calendrier des comptes de médias sociaux d’autres personnes. Nous devenons un compte trop invasif dans la narrative qu’ils veulent voir et lire lorsqu’ils sont connectés, et faire les gens n’aimer plus notre compte et arrêter de nous suivre. De l’autre côté, nos efforts hors du temps pourraient devenir stériles et inaperçus.

Résumant. Aujourd’hui, nous avons vu le besoin impératif d’inclure de nouveaux médias tels que les médias sociaux et la messagerie instantanée dans la stratégie de communication de notre église ou institution. Ce n’est pas aussi simple que d’ouvrir un compte sur les médias sociaux, il y a beaucoup d’articles à faire attention à. Selon l’utilisation que nous faisons des médias sociaux, nous pourrions les transformer en médias envahissants et perturbateurs en obtenant des résultats indésirables, tels que la perte de « followers » et causer dommage à notre réputation institutionnelle. Dans le prochain et dernier article, nous verrons comment les communications sont devenues de plus en plus temporaires et le contenu ciblé, donc nous devrons faire attention à la date et heure de publication ainsi qu’au contenu.

Télécharger ce document sous format PDF.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios .