CR7, Leo Messi et la Coupe du monde de football (Éditorial FR)

Nous nous trouvons au milieu d’une tempête médiatique pleine de nouvelles liées à la Coupe du monde, en Russie. Que cela vous plaise ou non, les informations sur la Coupe du monde de la FIFA se retrouvent à toutes les sauces ! Cela peut être surprenant, même pour quelqu’un qui ne s’intéresse pas au football, de rencontrer une personne qui n’a jamais entendu parler de Leo Messi. Il en est de même pour son grand rival, Cristiano Ronaldo, connu également sous le nom de CR7.

Personnellement, je n’ai jamais aimé le foot, malgré ce que beaucoup de gens pourraient penser en sachant que je suis espagnol. Néanmoins, il est impossible d’échapper à l’avalanche d’images et d’informations que je trouve sincèrement fatigantes.

Mais ce qui a attiré mon attention, sans être un expert en football, ce sont ces deux joueurs, éliminés du championnat. En seulement deux heures d’écart, ils se sont retrouvés à se préparer à rentrer chez eux, tristes et le visage plein d’amertume.

Il est clair qu’avoir une superstar dans son équipe n’assure pas le succès ou la victoire. L’Argentine et le Portugal en sont deux exemples. Le football est un jeu d’équipe où onze personnes doivent jouer sur les deux moitiés du terrain. Chaque joueur a une fonction très précise dans laquelle il évolue. Des attaquants, des milieux de terrain, des défenseurs et le gardien de but. Si le gardien sort pour inscrire un but, sa propre cage reste sans défense. Les joueurs ne peuvent pas toucher le ballon avec leurs mains, à l’exception du gardien de but. L’objectif des défenseurs n’est pas de se focaliser sur le but à marquer, mais plutôt de ravir le ballon à l’équipe adverse et le passer aux attaquants pour éviter que l’adversaire ne perce le but.

Chaque joueur a son rôle bien défini, et malgré cela, ils doivent parfois jouer hors de leur zone régulière, à l’intérieur du terrain. Il est essentiel que chacun sache quel rôle il doit jouer et quelles sont ses responsabilités. Si tous les membres d’une équipe occupaient les mêmes postes, si tous étaient égaux, il serait impossible d’établir une stratégie commune efficace et gagner le match.

Dans l’église, c’est la même chose. Selon Éphésiens 4:11-13 (BDS)  « C’est lui qui a fait don de certains comme apôtres, d’autres comme prophètes, d’autres comme prédicateurs de l’Évangile, et d’autres encore, comparables à des bergers, comme enseignants. Il a fait don de ces hommes pour que les membres du peuple saint soient rendus aptes à accomplir leur service en vue de la construction du corps de Christ. Ainsi nous parviendrons tous ensemble à l’unité dans la foi et dans la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’adultes, à un stade de maturité où se manifeste la plénitude qui nous vient de Christ. »

Chacun a une tâche assignée, selon ses capacités et/ou ses dons donnés par Dieu. Chaque croyant exerce une fonction distincte et, parfois, unique. Certaines personnes sont plus compétentes, bien meilleures que d’autres, pour accueillir les visiteurs à l’église. D’autres ont le sens du service, d’autres encore sont formées pour l’enseignement ou la prédication. Tout le monde ne peut être utile pour une seule et même tâche. De plus,  nous ne sommes pas tous appelés à être la « star du spectacle ».

Dans ce championnat, nous avons vu de grands joueurs, avec leur équipe, éliminés trop tôt. Nous avons également noté qu’une « grande star » parmi les membres de l’équipe ne garantit pas le succès. C’est la coordination dans les responsabilités individuelles, qui favorise une meilleure entente de travail. En effet, la confiance mutuelle instaurée permet d’entrevoir la victoire.

Une personne seule ne peut gagner le « match de la vie. » Compter les uns sur les autres et contribuer à un travail d’équipe, un travail global en toute confiance, démontre que chacun fait son devoir, et non celui de quelqu’un d’autre, sans négligence.

De même, si quelqu’un doit être la « star du spectacle », que cette personne soit Jésus-Christ. C’est lui-même qui, selon le texte récemment cité, a désigné chacun d’entre nous dans des rôles différents, mais si nous, équipe de Dieu, échouons à jouer le rôle que Jésus nous a appelé à développer, le match est alors loin d’être gagné. Peu importe le niveau administratif que vous avez dans l’église, ou même dans la communauté locale. Nous devons nous concentrer sur la tâche qui nous attend, avec la confiance que le reste de l’équipe est en place, chacun sa mission, pour aller de l’avant ensemble, en synergie, en toute efficacité.

Continuons, gagnons la Coupe du monde de l’Univers aux côtés de notre Maître et Seigneur. Que l’Église mène à bien la prédication de la « Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu … dans le monde entier pour que tous les peuples entendent le témoignage. Alors seulement viendra la fin. » (Matthieu 24:14 BDS).

Pedro Torres – Editeur de la Revue Adventiste – Union Franco-Belge.

Télécharger en PDF.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios .