Dieu et son gilet sanglante

Aujourd’hui nous voyons chaque week-end plusieurs gilets et foulards de tous les couleurs. Nous avons perdu de vue les revendications qu’ont fait sortir les personnes dans la rue. Nous sommes déjà perdus devant l’arc en ciel de couleurs que nous retrouvons dans certaines rues ou rondpoints. La confusion vient de s’installer il y a plusieurs semaines, et les gens commencent à en avoir assez.

Cet état de lieu social est un reflet des esprits humains au présent. Tout le monde veut avoir sa voix, sa minute de gloire et au même temps, en revendiquant des droits légitimes, on finit par faire tort aux autres. Nous ne sommes ici pour évaluer cette situation politique et sociale, mais pour réfléchir sur comment cela peut affecter la vie du croyant.

Un croyant vit dans une société, il ne peut jamais s’isoler de ceux qui l’entourent et, forcément, le contexte quotidien affecterai son état d’esprit et finalement, sa vie en communauté.

Avons des « gilets de tous les couleurs » dans l’église ? Bien sûr que oui. Ceux qui se plaignent du pasteur, ceux qui le font à cause de l’ancien, le diacre, la fédération, l’union, etcétéra. Nous prenons des positions pour défendre ce qu’on pense il est juste, et essayons de recruter des frères et sœurs autour de notre cause. Pendant que nous émulons, même sans nous rendre compte, les mouvements sociales, l’église souffre ses dégâts internes.

Dans le pensé chrétien authentique, la question que nous nous devrions poser est, qu’est-ce que je peux faire pour mon église, pour mes frères et sœurs, pour mon prochain ? « Que votre attitude soit identique à celle de Jésus-Christ » (Philippiens 2:5 – SG21).

Jésus est venu pour détourner l’attention des problèmes envers les solutions. Et comment les êtres humains ne comprennent pas que le langage des gilets et foulards des couleurs, il décidait parler notre langage aussi, en devenant quelqu’un qui a changé le code des couleurs.

Il nous a proposé prendre « notre cause » sur lui, et nous donner un gilet blanc en échange (Apocalypse 22:14). Il prenait le couleur de notre gilet, notre cause, cela qui nous causait du douleur et qui nous amenait à nous plaindre, sur lui (Ésaïe 53:4-5). Cela était si lourd que finalement son « gilet » commençait à s’imprégner de toute le sang qu’il transpirait à cause de nos soucis. Son gilet sanglant a transformé le nôtre en un gilet blanc, sans aucune cause dont se plaindre. Si nous étions conscients de qu’est-ce que ça représente, nous deviendrions en des disciples qui cherchent à convaincre les autres à échanger leur gilet avec celui que Jésus leurs offre. Le changement social est possible, mais seulement dans le royaume des Cieux.


Téléchargez cet article sous format PDF ici.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.