L’église qui brûle (éditoriale)

Récemment nous avons vu partir en fumé une grosse partie de la Cathédrale de Notre Dame de Paris.  Lorsque la flèche s’est écroulée, des milliers de personnes se sont rassemblées autour de ce monument presque millénaire.

La plupart des badauds médusés ont crié au moment où la flèche disparaissait au milieu de gigantesques flammes dans une énorme fumée qui la cachait. Des personnes sanglotaient à chaudes larmes.

Nombreux avait le cœur brisé à cause d’un attachement  religieux, d’autres par rapport au patrimoine culturel, historique et sentimental. En tout cela, il ressort qu’une église en prise aux flammes a réussi à rassembler des dizaines de milliers de personnes sans distinction de foi, des croyants et des non-croyants, tous rassemblées dans la même tristesse.

Ce feu en a ravivé d’autres, celui de la solidarité économique, et celui d’un même but, réunissant des personnes qui auparavant n’avaient rien en commun. Je me suis posé une question, et si nous faisions « brûler » spirituellement notre église ? Arriverions-nous à mettre tous les croyants adventistes d’accord ? Agirions-nous tous en harmonie ?

Il y a deux façons de faire « brûler » l’église. L’une est quand nous commençons à critiquer : « la langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses.  Voici, comme un petit feu peut embraser une grande forêt » (Jacques 3.5). Nous pouvons faire partir en fumée l’église de notre Dieu à cause de nos critiques. Cette méthode parvient à rassembler des gens autour d’un feu, mais pas dans le bon sens. La division s’installe quand des groupes opposés surgissent, et donnent des résultats pires qu’un réel incendie.

Dans la Bible nous trouvons plusieurs exemples où les « flammes » spirituelles on fait réagir le peuple de Dieu. Se rassembler autour des Ecritures déclenche en nous un autre type de feu dès que Jésus devient notre Maître personnel. Il allume une petite flamme intérieure. « Notre cœur ne brûlait-il pas au dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Écritures ? » (Luc 24.32).

Si nous fixons nous yeux sur Jésus et sa Parole, cette petite flamme grandit, à un tel point que tout notre être devient un feu impossible à contenir. Nous ferons nôtre l’expérience de Jérémie : « Il y a dans mon cœur comme un feu dévorant qui est renfermé dans mes os. Je m’efforce de le contenir, et je ne le puis. » (Jérémie 20.9).

Finalement, Hébreux 1.7 nous dit que Dieu fait « de ses serviteurs une flamme de feu ». Ceux qui servent le Christ deviennent enflammés avec l’Esprit Saint pour se mettre au service des autres et de l’Église. C’est ainsi que son Église peut être incendiée et rassembler des milliers de personnes attirées par un feu très différent. Chacun constitue une partie de l’église. Si chacun est en feu pour servir Dieu et le prochain, nous verrons une église unie capable d’attirer des gens et se mettre d’accord, mais animés d’un Esprit bien différent que  peut susciter qu’un feu physique.


Vous pouvez télécharger le document sous format PDF ici.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.