3.1 LA JUSTIFICATION PAR LA FOI.

INTRODUCTION

Quand une personne s’abandonne complètement à Dieu, elle peut avoir la pleine assurance que Dieu l’accepte et que ses péchés sont complètement pardonnés. En d’autres termes, il la justifie. Et la personne s’en assure en ayant foi aux promesses de Dieu.

1. Pas par des œuvres ou par ses propres mérites.

  1. Est-ce que quelqu’un peut se justifier devant Dieu ?

N’entre pas en jugement avec ton serviteur ! Car aucun vivant n’est juste devant toi. Psaume 143:2.

Beaucoup disent qu’ils ne font rien de mal, qu’ils ne s’en prennent à personne et qu’ils sont de « bonnes personnes ». « Que dois-je faire de plus pour aller au ciel ? ». Eh bien, le plus important est de reconnaître qu’on a beau se croire « bons », comme le dit le verset précédent, nous ne passons pas les normes divines par nous-mêmes, nous avons tous « quelque chose » à cacher, au moins, jusqu’à notre rencontre avec Dieu.

  1. L’homme peut-il être justifié par les œuvres de la loi ?

Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu. Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché. Romains 3:19–20.

Et que nul ne soit justifié devant Dieu par la loi, cela est évident, puisqu’il est dit: Le juste vivra par la foi. Galates 3:11.

Effectivement, la Loi ne justifie personne, et l’observation de la loi de Dieu ne nous rend pas dignes du pardon de Dieu. Au contraire, la loi nous dit que nous agissons mal et, par conséquent, nous montre notre situation et notre besoin.

2. Par le sacrifice expiatoire de Christ.

  1. En qui se manifesta la justice de Dieu ?

C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus. Où donc est le sujet de se glorifier ? Il est exclu. Par quelle loi ? Par la loi des œuvres ? Non, mais par la loi de la foi. Romains 3:25–27.

Car, lorsque nous étions encore sans force, Christ, au temps marqué, est mort pour des impies. Romains 5:6.

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Jean 3:16–18.

Le salaire du péché, comme nous l’avons vu dans d’autres études, c’est la mort (Romains 6:23). Dieu se vit à un carrefour où Satan avait son épée à la main. Après la chute d’Adam et Eve, Dieu devait être « juste » et accomplir la justice en ôtant la vie à l’homme.

Si Dieu avait appliqué la peine du péché immédiatement, l’Univers entier aurait reconnu que Satan avait raison, que Dieu était un « dictateur » et qu’il fallait obéir à Dieu par crainte plutôt que par Amour. Satan se réjouissait devant la nouvelle situation, puisqu’il aurait bien pu lui dire:

– Si tu es un Dieu d’amour, pardonne à Adam et Eve.

Si Dieu avait opté pour la seconde alternative, pardonner à Adam et Eve « comme ça », Dieu serait aussi « injuste » parce que ce serait une application arbitraire de sa Loi. En cela, il aurait aussi donné raison à Satan qui l’accusait d’être un Dieu capricieux

Nous avons Dieu devant un dilemme : s’il appliquait correctement la justice, Satan «aurait raison», et s’il pardonnait, il «donnerait aussi raison» à Satan.

Face à ce panorama, Dieu prend une troisième option. D’une part il doit mettre en œuvre toute sa justice, de l’autre, son Amour magnanime veut pardonner à l’être humain. Cette troisième option est … Jésus. Son Fils, Dieu infini. Si Jésus prend la place de l’être humain et reçoit la sentence et la peine pour le péché, la justice est accomplie. La loi de Dieu et la Justice Divine sont satisfaites. D’un autre côté, étant un sacrifice de substitution, à ma place, à votre place, nous sommes libres de la condamnation, de la mort éternelle, et toutes les charges sont retirées.

Illustration: Bien que ce soit insuffisant, nous pouvons avoir une idée pour comprendre l’équilibre entre Loi et Grâce. Imaginez qu’une personne commette un crime, ait violé la Loi et qu’il faille appliquer la justice. Elle est condamnée à une peine d’emprisonnement. Mais le Juge veut pardonner le condamné. Il prend la décision de prendre la place du délinquant et de subir la peine. De cette façon, le système judiciaire est satisfait, un jugement a été rendu et une peine a été purgée.

Le délinquant est donc libéré et libre des charges, puisqu’un Autre s’en est chargé. La question est, après la libération de l’ex-délinquant, après avoir été pardonné, cela signifie-t-il que la Loi qui le condamnait a été abolie? Est-ce que cela signifie qu’il peut continuer à voler? En aucune façon, la liberté lui a été offerte par Grâce, mais cela ne lui donne pas « carte blanche » pour faire ce qu’il « veut » comme avant. Il retomberait dans le « péché », comme nous l’avons vu, la Loi est nécessaire pour rester vigilant, sans elle, comment savons-nous ce qui est bien et ce qui est mal? Maintenant, la Loi m’indique  ce que je fais de bien et ce que je fais de mal, et quand j’ai quelque chose « de mal », il n’y a qu’un seul moyen de « nettoyer » ce péché, et c’est en revenant à la Croix, au sacrifice expiatoire du Christ pour moi.

  1. Tout comme Adam nous apporta la condamnation, qu’est-ce que Jésus nous apporta ?

Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes. Romains 5:18.

Ce n’est pas « juste » qu’un enfant naisse avec le SIDA, avec une maladie. Ce n’est pas juste que je sois né dans ce monde de péché sans avoir eu le choix. À cause d’Adam, nous avons tous hérité de la mort, sans que personne ne nous le demande, bien que je ne parle pas du « péché originel ou charnel ».

De même, il n’est pas « juste » non plus qu’un Autre remplace le coupable, mais il l’a volontairement fait pour nous. La justice de Dieu rendue dans la mort de Christ, la mort de Jésus sur la croix à cause de nous, à cause de nos péchés, mais cette justice appliquée, réalisée s’applique à nous, si nous le voulons et l’acceptons.

  1. Comment Jésus nous apporta-t-il la justification ?

Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie. Romains 5:8–10.

  1. Pourquoi Jésus ressuscita-t-il ?

Lequel a été livré pour nos offenses, et est ressuscité pour notre justification. Romains 4:25.

Christ est mort à notre place, mais pas à cause de ses péchés. Pour cette raison même, il n’eut aucune raison de rester dans la tombe, et il ressuscita. Et de même qu’il  ressuscita, nous ressusciterons nous aussi.

  1. Si nous ne sommes pas justifiés par les œuvres, de quoi dépend notre justification ?

Et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ. Romains 3:24.

Personne n’a suffisamment de mérites pour couvrir la dette que nous avons envers Dieu pour avoir enfreint sa loi. Imaginez que quelqu’un tue ou vole. Mais à partir de ce moment il respecte scrupuleusement toutes les lois possibles et imaginables. Est-ce que cela l’exempte de sa culpabilité? Absolument pas! Son cas reste en suspens. La même chose arrive avec nous ; l’accomplissement de la Loi de Dieu évitera de tomber dans de nouveaux péchés, mais cela ne nous exempte pas de notre culpabilité antérieure. Seul Dieu fournit le moyen d’enlever notre culpabilité en appliquant sa colère sur la croix du Calvaire sur son propre Fils au lieu de nous.

  1. Justifiés par sa grâce, de quoi hériterons-nous ?

Afin que, justifiés par sa grâce, nous devenions, en espérance, héritiers de la vie éternelle. Tite 3:7.

Rappelez-vous que dans les études précédentes nous avons vu que le péché provoque la séparation entre Dieu et nous (Ésaïe 59: 2) et que si Dieu est la Source de la Vie, être séparé de lui cause la mort ou l’absence de vie (pas seulement spirituelle). Si nous sommes réconciliés avec Dieu, cette séparation cesse d’exister, et nous sommes de nouveau « connectés » à la Source de la Vie Éternelle.

3. Des promesses pour ceux qui acceptent Jésus et se convertissent.

  1. Quelle promesse est faite à celui qui se tourne vers Jésus comme son Rédempteur ?

J’efface tes transgressions comme un nuage, Et tes péchés comme une nuée ; Reviens à moi, Car je t’ai racheté. Ésaïe 44:22.

Dieu ne pardonne pas comme l’être humain. Beaucoup disent: « Je pardonne mais je n’oublie pas ». Dieu pardonne et oublie. Quand nous acceptons son pardon, devant Dieu c’est comme si nous n’avions jamais agi de telle ou telle manière. Cela n’est jamais arrivé.

  1. Si nos péchés sont couleur cramoisi, comment vont-ils devenir ?

Venez et plaidons ! dit l’Éternel. Si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige ; S’ils sont rouges comme la pourpre, ils deviendront comme la laine. Ésaïe 1:18.

J’aime ce texte, non seulement à cause de la promesse du nettoyage, mais à cause de la façon dont il commence. « Venez … et discutons ». Dieu nous invite à le rencontrer pour «discuter», pour clarifier les questions en suspens, pour régler toute dette. Et il ne le fait pas d’un ton menaçant, il sait très bien que c’est une cause perdue, et c’est pourquoi il ajoute le reste du texte. Il nous invite à venir à Lui, et il dit clairement qu’il sait déjà que nous lui «devons», que nous avons des «taches» dans notre vie, et l’invitation inclut «et si vos péchés sont aussi horribles que vous le pensez», ne vous inquiétez pas, je vais les effacer, je vais les nettoyer comme s’ils n’avaient jamais été là.

  1. Qu’arrivera-t-il à nos péchés ?

Et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités. Hébreux 10:17.

Lorsque je dis au méchant : Tu mourras ! -s’il revient de son péché et pratique la droiture et la justice, s’il rend le gage, s’il restitue ce qu’il a ravi, s’il suit les préceptes qui donnent la vie, sans commettre l’iniquité, il vivra, il ne mourra pas. Tous les péchés qu’il a commis seront oubliés ; il pratique la droiture et la justice, il vivra. Ézéchiel 33:14–16.

Le rétablissement est un autre thème qui est défini dans la Bible. Dans la mesure du possible, il faut réparer les dommages causés aux autres, en plus de demander pardon à Dieu.

  1. Où nos transgressions seront-elles symboliquement enterrées ?

Quel Dieu est semblable à toi, Qui pardonnes l’iniquité, qui oublies les péchés Du reste de ton héritage ? Il ne garde pas sa colère à toujours, Car il prend plaisir à la miséricorde. Il aura encore compassion de nous, Il mettra sous ses pieds nos iniquités ; Tu jetteras au fond de la mer tous leurs péchés. Michée 7:18–19.

  1. Comment Dieu a-t-il pitié du pécheur qui se repent ?

L’Éternel est miséricordieux et compatissant, Lent à la colère et riche en bonté ; Il ne conteste pas sans cesse, Il ne garde pas sa colère à toujours ; Il ne nous traite pas selon nos péchés, Il ne nous punit pas selon nos iniquités. Mais autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent ; Autant l’orient est éloigné de l’occident, Autant il éloigne de nous nos transgressions. Comme un père a compassion de ses enfants, L’Éternel a compassion de ceux qui le craignent. Psaume 103: 8–13.

  1. Quelle parabole Jésus présenta-t-il pour illustrer comment le pécheur qui retourne à Dieu est reçu par Dieu ?

La parabole du fils prodigue. Lire Luc 15:11–24.

  1. Que se passe-t-il dans le ciel lorsqu’un pécheur se repent ?

De même, je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n’ont pas besoin de repentance […] De même, je vous le dis, il y a de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent. Luc 15: 7, 10.

4. La paix avec Dieu.

  1. Comment appelons-nous le pardon de nos péchés reçu grâce au sacrifice et aux mérites du Christ ?

C’est la « Justification. » Travers son pardon, Dieu rend « juste » celui qui ne l’était pas. Donc, Dieu considère « juste » celui qui accepte Jésus Christ comme son Sauveur.

  1. Comment savons-nous que nous sommes justifiés ?

Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi. Romains 3:28.

Néanmoins, sachant que ce n’est pas par les œuvres de la loi que l’homme est justifié, mais par la foi en Jésus Christ, nous aussi nous avons cru en Jésus Christ, afin d’être justifiés par la foi en Christ et non par les œuvres de la loi, parce que nulle chair ne sera justifiée par les œuvres de la loi. Galates 2:16.

Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. Éphésiens 2:8–9.

  1. Quand Satan voudra nous décourager à cause nos péchés, quelle assurance pouvons-nous avoir ?

Qui accusera les élus de Dieu ? C’est Dieu qui justifie ! Romains 8:33.

  1. Justifiés par la foi, que vivons-nous ?

Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ. Romains 5:1.

C’est pourquoi je vous jugerai chacun selon ses voies, maison d’Israël, dit le Seigneur, l’Éternel. Revenez et détournez-vous de toutes vos transgressions, afin que l’iniquité ne cause pas votre ruine. Rejetez loin de vous toutes les transgressions par lesquelles vous avez péché ; faites-vous un cœur nouveau et un esprit nouveau. Pourquoi mourriez-vous, maison d’Israël ? Car je ne désire pas la mort de celui qui meurt, dit le Seigneur, l’Éternel. Convertissez-vous donc, et vivez. Ézéchiel 18:30–32.

Dieu ne veut la mort de personne, il veut la réconciliation avec tous les êtres humains et a déjà fourni les moyens pour cela. Tout est fait, et la victoire a déjà été gagnée. Accepterez-vous cette invitation ?


Télécharger cet étude biblique sous format PDF depuis academia.edu

Retour à l’Index.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios .