4.5 LOI MORALE ET CÉRÉMONIELLE

INTRODUCTION

Nous avons vu que la Loi de Dieu résumée dans les Dix Commandements reste en vigueur. Cependant, l’apôtre Paul dit que la fin de la loi c’est Christ … (Romains 10: 4). Cela signifie-t-il que la Loi de Dieu  prit fin quand Christ mourut sur la Croix ? Christ a-t-il aboli la loi des dix commandements, son accomplissement n’étant pas nécessaire aujourd’hui ?

1. La loi morale ou Décalogue.

  1. Qu’est-il dit des dix commandements ?

Telles sont les paroles que prononça l’Éternel à haute voix sur la montagne, du milieu du feu, des nuées et de l’obscurité, et qu’il adressa à toute votre assemblée, sans rien ajouter. Il les écrivit sur deux tables de pierre, qu’il me donna. Deutéronome 5:22.

Ce sont littéralement les « dix paroles » que Dieu prononça au Sinaï, c’est ainsi que les Dix Commandements sont connus parmi les Juifs.

  1. Qui écrivit ces commandements ?

Lorsque l’Éternel eut achevé de parler à Moïse sur la montagne de Sinaï, il lui donna les deux tables du témoignage, tables de pierre, écrites du doigt de Dieu. Exode 31:18.

Les Dix Commandements sont si importants pour Dieu qu’il ne laissa personne les écrire pour lui. Il les écrivit personnellement avec son propre doigt sur des tables de pierre, symbole de sa pérennité.

  1. Où furent-ils placés ?

Je retournai et je descendis de la montagne, je mis les tables dans l’arche que j’avais faite, et elles restèrent là, comme l’Éternel me l’avait ordonné. Deutéronome 10:5.

Les tables furent déposées dans l’arche de l’alliance, pour leur conservation.

2. D’autres lois.

  1. Que Dieu révéla-t-il d’autre à Moïse ?

 Il publia son alliance, qu’il vous ordonna d’observer, les dix commandements ; et il les écrivit sur deux tables de pierre. En ce temps-là, l’Éternel me commanda de vous enseigner des lois et des ordonnances, afin que vous les mettiez en pratique dans le pays dont vous allez prendre possession. Deutéronome 4:13–14.

Les Dix Commandements ne furent pas les seules lois que Dieu donna à Son peuple au Sinaï, Il leur donna aussi d’autres lois pour établir le nouvel État d’Israël. Voyons quelles sont ces autres lois.

3. Des lois civiles.

Des exemples de certaines lois civiles, applicables alors que les conditions pour lesquelles elles furent données existaient :

  1. Quelles lois y avait-il à propos des serviteurs ?

Voici les lois que tu leur présenteras. Si tu achètes un esclave hébreu, il servira six années ; mais la septième, il sortira libre, sans rien payer. Exode 21:1–2.

C’est un exemple de la façon dont Dieu se souciait que l’esclavage fût quelque chose de temporaire et pas un système économique ou de survie d’un pays. C’est ce qui arriva avec de grands empires et la raison de leur chute.

  1. 2. Quelles lois s’appliquaient aux problèmes entre voisins ?

Si un homme met à découvert une citerne, ou si un homme en creuse une et ne la couvre pas, et qu’il y tombe un bœuf ou un âne, le possesseur de la citerne paiera au maître la valeur de l’animal en argent, et aura pour lui l’animal mort. Si le bœuf d’un homme frappe de ses cornes le bœuf d’un autre homme, et que la mort en soit la suite, ils vendront le bœuf vivant et en partageront le prix ; ils partageront aussi le bœuf mort. Mais s’il est connu que le bœuf était auparavant sujet à frapper, et que son maître ne l’ait point surveillé, ce maître rendra bœuf pour bœuf, et aura pour lui le bœuf mort. Exode 21:33–36.

Même des questions de bonne conduite et de responsabilité civile étaient envisagées. Il ne fait aucun doute que les principes qui découlent de ces lois sont toujours recommandés aujourd’hui, et rendront la vie plus supportable à ceux qui les appliquent.

  1. Qu’est-ce qui était légiféré sur les prêts ?

Si tu prêtes de l’argent à mon peuple, au pauvre qui est avec toi, tu ne seras point à son égard comme un créancier, tu n’exigeras de lui point d’intérêt. Exode 22:25.

Je souhaiterais que cela s’applique aux hypothèques d’aujourd’hui …

4. Des lois sanitaires

  1. Quelle loi sur la santé trouvons-nous dans Lévitique 11 ?

Telle est la loi touchant les animaux, les oiseaux, tous les êtres vivants qui se meuvent dans les eaux, et tous les êtres qui rampent sur la terre, afin que vous distinguiez ce qui est impur et ce qui est pur, l’animal qui se mange et l’animal qui ne se mange pas. Lévitique 11:46–47. (Voir le chapitre entier).

Lévitique 11 est un rappel des animaux dont la consommation est plus nuisible à la santé que d’autres. Cette distinction n’est pas seulement pour les Juifs, puisque des siècles avant qu’Israël n’existe, cette distinction était faite aussi.

  1. Qui connaissait déjà cette distinction des animaux avant l’Exode ?

Tu prendras auprès de toi sept couples de tous les animaux purs, le mâle et sa femelle ; une paire des animaux qui ne sont pas purs, le mâle et sa femelle. Genèse 7:2.

Nous tombons dans le mythe typique selon lequel dans l’Arche de Noé, seulement un couple de chaque animal est entré, et ce ne fut pas le cas. Parmi les plus purs, sept couples furent introduits. Jusque-là, le régime idéal était végétarien, tout comme Dieu le donna dans  Genèse 1 et 3. Le régime était frugivore (fruits et fruits secs) et granivore (céréales et légumineuses) avant le péché (Genèse 1:29, 30). Après le péché, Dieu inclut les plantes vertes dans le régime précédent de fruits et de céréales (Genèse 3:18).

Nous ne pouvons pas remettre en question la sagesse de Dieu en incluant ce nouvel « ingrédient » dans le régime de l’homme après le péché. Après le péché, la dégénérescence commença son travail implacable, apportant la maladie et la mort, et aujourd’hui on sait que les aliments composés d’éléments phytochimiques anticancéreux les plus puissants sont les légumes, en particulier ceux aux feuilles larges et vertes (comme les crucifères).

Il n’était pas dans le plan de Dieu de consommer de la viande à ce moment-là, mais de prévenir les maladies dégénératives. Cependant, après le déluge, puisqu’il était évident que la destruction forcerait Noé et sa famille à manger de la chair animale pour survivre, Dieu  prévit comme mesure d’urgence sa consommation. En effet, il introduisit sept couples des animaux dont la consommation est moins préjudiciable, pour fournir assez de quantité et éviter leur extinction.

  1. Ces lois sont-elles encore nécessaires, encore plus que par le passé ?

Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l’état de ton âme. 3 Jean 2.

Dieu désire notre bien, que nous ayons la santé, pas seulement spirituelle, mais aussi physique. Dans cette mesure, et en tenant compte de la perspective temporelle qui va au-delà d’Israël en ce qui concerne la nourriture, il est logique de penser que ces conseils alimentaires sont toujours aussi bénéfiques et sains aujourd’hui, pour ne pas dire encore plus. C’est une question de santé, pas de « légalisme » pour obtenir un quelconque mérite.

5. Des lois cérémonielles

  1. Quelles sont certaines des lois cérémonielles ?

Telle est la loi de l’holocauste, de l’offrande, du sacrifice d’expiation, du sacrifice de culpabilité, de la consécration, et du sacrifice d’actions de grâces. L’Éternel la prescrivit à Moïse sur la montagne de Sinaï, le jour où il ordonna aux enfants d’Israël de présenter leurs offrandes à l’Éternel dans le désert du Sinaï. Lévitique 7:37–38.

Dieu établit des lois sur les cérémonies du sanctuaire, symbole de l’ancienne alliance.

  1. Quelles fêtes ou sabbats religieux annuels faisaient partie de ces lois ?

L’Éternel parla à Moïse, et dit : Parle aux enfants d’Israël, et tu leur diras : Les fêtes de l’Éternel, que vous publierez, seront de saintes convocations. Voici quelles sont mes fêtes. On travaillera six jours ; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos : il y aura une sainte convocation. Vous ne ferez aucun ouvrage : c’est le sabbat de l’Éternel, dans toutes vos demeures. Voici les fêtes de l’Éternel, les saintes convocations, que vous publierez à leurs temps fixés. Lévitique 23:1–4.

Remarquez bien : Il est intéressant de voir que lorsque Dieu donna à Israël les lois cérémonielles, cela incluait les jours de fête (shabat) annuels ou cérémoniels tels que la Pâque. Pâques est un jour désigné par an, et pouvait tomber n’importe quel jour de la semaine, selon l’année, mais ce jour devait être considéré comme « sabbat » ou « Shabat » qui signifie « repos ». C’était un jour férié qui pouvait tomber sur notre lundi actuel, ou mercredi, ou n’importe quel autre jour.

Quand l’un de ces « sabbats » cérémoniels coïncidait avec le sabbat du quatrième commandement, c’était un « shabat gadol » ou comme certaines versions le traduisent, un samedi de grande solennité.

Remarquons que Dieu, lorsqu’il parle des festivités du calendrier à son peuple, commence par le Sabbat hebdomadaire, le traite séparément, c’est une section qui rappelle un sujet qui a déjà été traité, les Dix Commandements.

Seulement après, il déclare à nouveau qu’il fournira le calendrier pour le reste des « sabbats » cérémoniels, les jours fériés selon les cérémonies du sanctuaire, et alors le chapitre 7 de Lévitique continue.

  1. Alors que les Dix Commandements étaient dans l’Arche de l’Alliance, où ces autres lois étaient-elles mises ?

Prenez ce livre de la loi, et mettez-le à côté de l’arche de l’alliance de l’Éternel, votre Dieu, et il sera là comme témoin contre toi. Deutéronome 31:26.

Moïse était celui qui écrivit ces autres lois, et elles furent mises en dehors de l’arche de l’alliance, concrètement, à côté. C’est là que sont recueillies les questions des sacrifices, des ablutions, des sabbats cérémoniels et d’autres prescriptions lévitiques. Cela se fit distinctement des Dix Commandements, écrits avec le doigt de Dieu, parmi lesquels est le Sabbat du quatrième commandement, non cérémoniel.

6. La mort de Christ et la loi

1. Comment comprendre la déclaration de Paul que « Christ est la fin de la loi » ?

RÉPONSE : Le grec est Telos, ce qui signifie :

a. Achèvement de quelque chose qui finit.

b. Objectif, but, finalité : Comme dans Luc 22:37 « accomplissement ». Jean 13: 1 « Il les aima jusqu’à l’extrême » (le maximum). Romains 6:22 « vous avez […] pour fin, la vie éternelle ». 1 Thessaloniciens 2:16 « comble » (le maximum). 1 Timothée 1:5 « but ». 1 Pierre 1:9, TMN « la fin de votre foi » (le but de votre foi).

2. Quelle loi eut sa « fin » en Christ dans le sens d’objectif, but, finalité ?

RÉPONSE : La loi morale, les Dix Commandements, celle qui nous amène à Lui, comme nous le verrons ci-dessous.

3. Que montre cette loi ?

Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché. Romains 3:20.

Sans la loi il n’y a pas de péché, comment pouvons-nous demander de l’aide s’il n’y a personne qui nous dise que nous en avons besoin ? Rappelons-nous le texte de Jacques 2:10: « De fait, la personne qui obéit à toute la loi mais qui pèche contre un seul commandement est en faute vis-à-vis de l’ensemble ». Nous avons besoin d’une justification profonde et urgente, mais nous ne pouvons pas l’obtenir de nous-mêmes.

4. À quoi Jacques la compare-t-il ?

Car, si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, et qui, après s’être regardé, s’en va, et oublie aussitôt quel il était. Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’œuvre, celui-là sera heureux dans son activité. Jacques 1:23–25.

La Loi de Dieu est un miroir dans lequel nous nous regardons et voyons nos déficiences spirituelles. Comme le matin, quand nous nous levons, nous allons dans la salle de bain pour nous laver et nous coiffer, nous avons besoin d’un miroir pour voir ce qui ne va pas dans notre apparence.

5. Á qui nous conduit-elle ?

Ainsi la loi a été comme un pédagogue pour nous conduire à Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi. Galates 3:24.

Ce n’est que lorsque nous avons identifié notre péché que nous ressentons le besoin d’aller à Christ pour obtenir de l’aide. Revenons à l’idée du miroir dans la salle de bain. Quand, le matin, nous nous regardons dans le miroir et que nous voyons nos cheveux en pagaille, que faisons-nous? Nous cherchons le peigne pour réparer ce désordre. De même, la Loi de Dieu nous dit ce que nous faisons de mal, et nous conduit au Christ en quête d’une justice que nous n’avons pas, qui s’obtient seulement par la foi, et non pas en «accomplissant» les commandements. La loi est nécessaire, elle me dit ce qui va bien et ce qui ne va pas dans ma vie (tuer, commettre l’adultère, ou au contraire, respecter les parents, avoir Dieu et sa volonté comme priorité dans ma vie …).

6. Quel est le « détergent » capable de nettoyer le péché ?

Et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus Christ. C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je. Romains 3:24–25.

Seul le sang de Christ, sa mort substitutive, me libère de la condamnation de la mort éternelle, et rien de plus. Son sang versé au Calvaire est ce qui me lave de mes péchés.

7. Comment l’homme est-il justifié ?

Où donc est le sujet de se glorifier ? Il est exclu. Par quelle loi ? Par la loi des œuvres ? Non, mais par la loi de la foi. Car nous pensons que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi. Romains 3:27–28.

Voilà le verset clé, observer la loi morale ne justifie personne de ses péchés passés, et la loi des œuvres (la cérémonielle) non plus.

8. Justifié par la foi, l’homme est-il exempt d’observer la loi morale ?

Anéantissons-nous donc la loi par la foi ? Loin de là ! Au contraire, nous confirmons la loi. Romains 3:31.

La loi est toujours en vigueur, nous montrant nos besoins. Jean 14:15. Comme nous l’avons vu dans les études précédentes, les Dix Commandements sont divisés en deux blocs, les quatre premiers se réfèrent à notre relation verticale avec Dieu 1) Ne pas avoir d’autres dieux, 2) ne pas adorer d’idoles 3) Ne pas prononcer le nom de Dieu en vain et 4) Observer le sabbat.

Les six autres commandements font référence à notre relation horizontale avec les autres :

5) honore ton père et ta mère 6) ne pas tuer 7) ne pas commettre l’adultère 8) ne pas voler 9) ne pas mentir 10) ne pas convoiter.

Ces deux grands blocs se résument (ne sont pas substitués) en deux commandements principaux : Tu aimeras Dieu par-dessus tout et ton prochain comme toi-même.

Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l’avons connu. Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui. 1 Jean 2:3–4.

Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable. Et c’est ici son commandement : que nous croyions au nom de son Fils Jésus Christ, et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu’il nous a donné. Celui qui garde ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui ; et nous connaissons qu’il demeure en nous par l’Esprit qu’il nous a donné. 1 Jean 3:22–24.

Remarquons qu’il parle de commandements au pluriel, mais ajoute ensuite le commandement (au singulier).

Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements. Car l’amour de Dieu consiste a garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles. 1 Jean 5:2–3.

Et l’amour consiste à marcher selon ses commandements. C’est là le commandement dans lequel vous devez marcher, comme vous l’avez appris dès le commencement. 2 Jean 6.

9. Quelles lois eurent leur fin en Christ, dans le sens « résiliation » ?

RÉPONSE : Les cérémonielles.

Christ, l’Agneau de Dieu fut sacrifié, et tout le rituel du sanctuaire, écrit dans la loi cérémonielle qui fut conservé hors de l’arche de l’alliance eut son accomplissement en Lui. Á partir de ce moment-là, cette loi cérémonielle, avec ses jours fériés annuels, perdirent leur sens. Elle resta clouée sur la croix, il ne fallait plus sacrifier d’agneaux, le sacrifice qu’annonçait tout ce système sacrificiel avait été consommé.

10. Quel était le lien entre ces lois et Christ ?

En effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l’exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu’on offre perpétuellement chaque année, amener les assistants à la perfection. Hébreux 10:1.

Elles étaient un « type », une ombre, un symbole éducatif pour que le peuple d’Israël comprenne le plan du salut, et puisse reconnaître le Messie, même s’il ne le reconnut pas.

11. Á la mort de Christ, qu’arriva-t-il au voile du temple ?

Et voici, le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu’en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent. Matthieu 27:51.

Quand le Christ mourut, le voile du temple qui séparait le lieu saint du lieu très saint se déchira en deux, avec le détail que cela se fit de « haut en bas », ce qui signifie que ce ne fut pas une main humaine qui le sépara en deux (cela aurait été de bas en haut). C’est Dieu lui-même qui, avec ce symbole, mit fin à tout le cérémonial du sanctuaire, il mit fin à la Loi Cérémonielle.

La Fin de la loi (morale) est de nous montrer notre péché, de nous conduire à Christ. La Fin de la loi est Christ. Et dans cette loi, tout comme il est dit « tu ne tueras pas, tu ne voleras pas, tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face, etc. » qu’aucun chrétien ne rejette aujourd’hui (pas pour se justifier, parce que personne ne se justifie, mais pour ne pas recommencer à pécher), il y a également le quatrième commandement, « Souviens-toi du jour du repos », qui est lié à l’adoration comme et quand Dieu veut, selon sa volonté.

Cela n’a rien à voir avec « judaïser » comme certains le croient. Ce fut l’objet du premier concile de l’Église dans Actes 15, lié à la circoncision, aux rites cérémoniels, aux sabbats annuels ou cérémoniels, aux sacrifices, aux ablutions, au fait de manger avec ou sans levain , de manger de la nourriture sacrifiée aux idoles ou non, aux mains lavées 7 fois ou non …  Pour résumé, la judaïsation est liée à la loi cérémonielle abolie à la croix, pas à la morale ni au sabbat des dix commandements.

Voulez-vous plaire à Dieu ? Voulez-vous obéir à Christ, pas pour gagner un quelconque mérite mais par amour ? « Il reste donc un repos de sabbat pour le peuple de Dieu ». Hébreux 4.9.


Téléchargez cet étude biblique sous format PDF depuis Academia.edu

Retour à l’Index.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios .